Famille Noah

L’une des personnalités les plus aimées de la France, star mondiale du tennis et de la chanson, Yannick Noah a hérité d’une famille en proie à des batailles intestines, aujourd’hui objet d’un interminable feuilleton judiciaire. Une lutte ouverte avec le décès de son grand-père.
Pionnier de l’Etat et richissime commerçant tué par fusillade à l’occasion du putsch manqué contre le président Biya en 1984, le patriarche Noah Bikié Simon (ici à gauche sur la photo), grand-père de Yannick Noah, avait laissé deux veuves et dix enfants. Depuis son départ, sa famille est engluée dans une interminable querelle d’héritage ponctuée par plusieurs scandales judiciaires sur la base de faux documents signés pour certains par de hautes personnalités. Plus de 30 ans après, les quatre derniers enfants du disparu sont exclus d’une famille dont Yannick Noah est devenu le chef, après la disparition de son propre père Zacharie, en janvier 2018.
Simon Noah Bikié avait eu au total dix enfants de deux lits. Mme Mekongo Elisabeth lui avait donné six enfants dont Jean-Gaston Noah et Zacharie Noah. Mme Essengue Jacqueline lui en a donné quatre dont deux garçons et autant de filles. Ce sont ces derniers qui ont été jusqu’ici ignorés du bénéfice du patrimoine familial par leurs autres frères qui jugent qu’ils n’ont jamais été reconnus par le défunt Noah Bikié.

UN FAUX ACTE DE MARIAGE ?
De leur côté, les fruits du second lit font feu de tout bois devant les instances judiciaires pour obtenir l’annulation des jugements prononcés en faveur de leurs frères nés du premier lit. Des jugements qu’ils disent adossés sur des bases fausses. Ils soutiennent que Mme Mekongo, leur génitrice a brandi un faux acte de mariage avec le patriarche Noah Bikie pour les éloigner de la succession. Le caractère frauduleux de cet acte a d’ailleurs été reconnu par le tribunal de grande instance du Mfoundi. Cette décision a été annulée devant la juridiction d’appel.
Le feuilleton judiciaire se poursuit néanmoins devant d’autres juridictions où les quatre enfants espèrent eux aussi obtenir gain de cause et une part de l’héritage laissé par leur père comme le patriarcat de la famille Mvog-Ahanda du clan des Ituri initialement tenu par Jean-Gaston Noah, avant d’être cédée à Zacharie Noah au décès de ce dernier en 2005 et désormais transmise à Yannick Noah au détriment de MM. Noah Jean-Jacques et Tono Achille Marie, ses deux oncles issus de Jacqueline Essengue qu’il a côtoyé dans la concession familiale dans sa tendre enfance, fondés à prétendre au trône sur lequel il est aujourd’hui installé. Affaire à suivre.

La descendance de feu Noah Bikié Simon

Vie maritale : Feue Dame Mekongo Elisabeth et Madame Essengue Jacqueline
Progéniture : dix enfants au total.
Six enfants avec Mme Mekongo Elisabeth :
Bikie Henriette, veuve Simon Pierre Tchoungui,
Nga Scholastique,
Noah Jean-Gaston (décédé),
Zacharie Noah,
Noah Germaine épouse Carteret,
Noah Marie-Louise (épouse Abanda Metogo)

Quatre enfants avec Mme Essengue Jacqueline
Bikie Scholastique Henriette Simone,
Assie Marie Rose,
Noah Jean-Jacques,
Tono Achille Marie.

Source journal Kalara

 

Crédit photo : Getty image, Africa24