La nouvelle est tombée comme un couperet ce mercredi 1er août 2018 : Clarisse Wopso est morte ! La Toile s’est aussitôt enflammée à l’annonce du décès de la chanteuse de 39 ans en France. De multiples versions ont commencé à circuler dans les réseaux sociaux sur les circonstances de sa mort. La plus répandue prétendait que son corps a été découvert en état de décomposition dans un centre psychiatrique dans lequel elle avait été admise.

Jusqu’à ce que la chanteuse Chantal Ayissi et une des sœurs de Dany Clarisse Akamba (de son vrai nom) ne viennent faire taire les mauvaises langues. Oui, Clarisse Valeri – devenue Clarisse Wopso après son divorce avec son second mari – est morte. Sa dépouille a été retrouvée dans le local qu’elle occupait depuis novembre 2017 à la résidence hôtelière de Compiègne, une commune française située dans le département de l’Oise.

Selon les médecins légistes, la mort remonterait à au moins une semaine. Une autopsie devait être pratiquée afin de déterminer les circonstances de ce décès qui fait beaucoup jaser. Avant sa mort, l’artiste avait multiplié les vidéos sur les réseaux sociaux pour démentir notamment les rumeurs sur son état mental jugé «instable».

Née en 1979, Clarisse Valeri s’était notamment fait connaitre du grand public par ses tenues extravagantes. Originaire de la région du Sud Cameroun, elle avait baptisé son style musical «Wopso». Un style qu’elle définissait comme «un mouvement de résistance, car je résiste», disait celle qui se faisait également appelée El Presidente. Son dernier album, «Voleur de plaisir», est sorti en 2012. «Je suis noble et je vais mourir dans la noblesse», déclarait la chanteuse lors d’une interview à un site Internet camerounais.

 

P.N.N