Vera Songwe, 50 ans  est la patronne de la Commission économique pour l’Afrique (CEA) des Nations Unies, avec rang de Secrétaire Générale Adjoint de l’ONU. Voici l’essentiel à savoir sur ce personnage hors-normes.

 

Vera Songwe est née à Nairobi, son père est Joachim Songwe, qui dirigea l’Office national de développement de l’aviculture et du petit bétail du Cameroun. Son oncle, Christian Songwe Bongwa, fut ministre des Relations avec le Parlement dans les années 1980.

Elle fait ses études dans la banlieue de Bamenda. Elle obtient ensuite une licence en sciences économiques et politiques à l’Université du Michigan (États-Unis), complété par un DEA en droit et sciences économiques, puis par un doctorat en économie mathématique obtenu à l’Université catholique de Louvain (Belgique).

Elle entre à la Banque Mondiale en 1998 tant que jeune cadre dans la Région Asie de l’Est et Pacifique. En 2007, elle devient conseillère de la nouvelle directrice générale de l’institution Ngozi Okonjo-Iweala, Puis en 2012, elle est nommée directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Sénégal, le Cap-Vert, la Gambie,la Guinée-Bissau et la Mauritanie.

Elle a fait partie des 9 experts réunis à l’initiative de Paul Kagame, le président rwandais pour concevoir une réforme afin de rendre l’UA plus efficace

En 2013, elle a fait partie des 20 femmes les plus influentes d’Afrique, selon le magazine Forbes, et des 50 personnalités africaines les plus influentes en 2018, par le magazine Jeune Afrique.

Un modèle pour la jeunesse, dont le Cameroun a besoin pour atteindre son émergence à l’horizon 2035.

 

Synthèse J.E