La Fédération internationale de football association (Fifa) vient à nouveau de proroger le mandat du Comité de normalisation à la Fédération camerounaise de football (Fecafoot). Ce, à la demande du gouvernement camerounais sollicitant le report des élections à la Fecafoot.

Motif : «La période pressentie coïncide avec celle couvrant les opérations de l’élection présidentielle au Cameroun» prévue le 7 octobre prochain, écrit le ministre des Sports et de l’Éducation physique (Minsep), Bidoung Kpwatt, dans une correspondance adressée le 28 août dernier à la Fifa. Soit trois jours avant le renouvellement de l’exécutif au sein de la fédération prévue le 31 août dernier.

Ce report devrait permettre «d’éviter des interférences imprévisibles qui pourraient être préjudiciables à l’organisation efficiente de ces deux échéances», justifie le Minsep. Une requête à laquelle la Fifa a accédé. Conséquence : le bail de l’instance dirigée par Me Dieudonné Happi,qui arrivait à son terme le 31 août 2018, a été prorogé jusqu’au 16 décembre prochain. Soit quatre mois supplémentaires. Il s’agit là de la deuxième prorogation, après la rallonge survenue le 27 février 2018. Initialement prévu pour s’achever le 28 février 2018, le mandat du Comité de normalisation avait été étendu jusqu’au 31 août 2018.

Cette instance avait notamment pour missions d’organiser les élections du nouveau comité exécutif et de procéder à la réécriture des textes de la fédération.«Malgré les progrès réalisés jusqu’ici par le Comité, le Bureau (de la Fifa, Ndlr) a également noté que certaines tâches importantes n’ont pas encore été complètement achevées, en particulier l’adoption des statuts tels que révisés par la Fifa et l’organisation des élections d’un comité exécutif», explique Fatma Samoura, la secrétaire générale de l’instance faitière du football mondial.

Cette nouvelle prorogation devrait permettre à Me Happi et à son équipe d’achever leur mission. En rappel, le Comité de normalisation a été mis en place le 23 août 2017, suite à la crise institutionnelle à la Fecafoot qui a abouti en 2015 à l’annulation de l’élection de Tombi à Roko à la tête de la fédération. La décision avait été rendue par la Chambre de conciliation et d’arbitrage du Comité national olympique et sportif du Cameroun (Cnosc).

 

P.N.N