BESSE DAKO, localité de la région de l’Est Cameroun, département du Lom et Djerem. L’exploitation de l’or par des sociétés chinoises et coréennes, peu respectueuses de l’environnement, a conduit à la destruction de villages entiers.

(Cliquez sur l’image ci-dessus pour la voir entièrement)

En haut à gauche,  la touffe marron est la toiture en paille de la dernière masure encore visible au-dessus du cratère : la case du chef de village. Tout au fond, toujours en haut à gauche, on peut apercevoir le campement des exploitants étrangers à qui les autorisations sont bradées par des nationaux véreux.

En bas, des riverains contaminés par la fièvre de l’or, passent après les engins pour grappiller les ultimes microns du métal jaune. En avril 2017, le Cadre d’appui à l’artisanat minier (Capam) estimait que l’Est compte 51 secteurs miniers, 48 630 artisans, pour une production mensuelle de 144 000 grammes d’or, dont seulement 84 990 vont dans les circuits formels. Selon le ministère des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique, cette activité contribue à moins de 1% au produit intérieur brut (PIB).

 

Sujet: Jean Pierre Kepseu / ICI Cameroun