Ce soir-là, Imane Ayissi, styliste camerounais de renom avait donné à voir des clichés de sa onzième collection parue l’an dernier en France. Le printemps de Satan obéit à son principe de magnifier la femme à travers ses mots clés, allure, distinction et sensualité.

Une soixantaine de tenues travaillées dans le jersey parfois mêlé aux tissus basiques et aux soieries. Il se décline en plusieurs tableaux dont La tempête des roses, Le rendez-vous à prix d’or, La parade gothique et La grande dame qui porte le label de la collection et dont vous découvrez quelques modèles.

Un ensemble de robes somptueuses, décolletés vertigineux devant ou dans le dos, très chic et glamour sous diverses couture dans un coloris rouge sang donnant l’impression de femmes fatales aux diablesses sexy qui les  arbore.

Cette création satanissime a étalé une fois de plus le génie d’Imane, sur les coups de drapés, les  jeux de fronces, les laçages, les fentes et les asymétries rehaussés d’accessoires d’enfer. Un vrai coup de Dracula à croquer sans modération.

 

Irène Mbezele – ICI Cameroun