L’émission L’Arène sur la chaine de télé Canal 2 International a donné lieu hier dimanche, à 21h à un gros début de polémique.

Au cœur du problème, Samuel Eto’o, l’ancien capitaine des Lions, est accusé par son illustre aîné de lui avoir fait clairement comprendre « qu’on » ne voudrait pas de lui a la tête de la Fédération, en ces termes: “Samuel Eto’o m’a affirmé que Yaoundé ne souhaite pas me voir à la Présidence de la FECAFOOT, mais plutôt à la tête de la Direction technique… Il a également souligné que ma vie pourrait être menacée”.

Ce à quoi Samuel aurait répondu par la publication d’une de leurs conversations privées sur son compte  Instagram (à retrouver en bas de page) pour se dédouaner, avec ce commentaire: « Au cours de l’émission « L’arène » sur Canal2 international ce dimanche 9-12-2018, mon « père » Joseph Antoine Bell a déclaré que je lui aurais proposé le poste de Directeur technique national. Une déclaration qui est infondée et qui me désole car c’est mon « père » qui a souhaité que je l’aide à décrocher ce poste en faisant même des propositions de salaire. Je n’ai pas l’habitude de ce genre de pratiques, mais je suis obligé de publier l’échange ci-dessous pour rétablir la vérité. »

Joseph Antoine Bell aurait  encore répliqué en début de journée en ces termes :

À la suite de l’échange publié sur les réseaux sociaux par Samuel Eto’o et relatif à ma candidature à la tête de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), trois précisions s’imposent :

1- Cet échange confirme ma version des faits (présentée lors d’une émission de la chaîne de télévision Canal 2 ce dimanche 9 décembre) : en effet, prétendant parler au nom des autorités camerounaises, Samuel m’a suggéré récemment d’accepter une nomination au poste de Directeur technique national (DTN) et de mettre fin à ma campagne à la tête de la Fecafoot.

2- Convaincu de ce que Samuel n’avait reçu mandat d’aucune autorité camerounaise ainsi qu’il l’a clamé, j’ai fait mine d’accepter sa proposition — conscient de ce qu’elle ne serait pas suivie d’effet. De plus, j’ai conditionné la fin de ma campagne à cette improbable nomination.

3- L’embarras dans lequel Samuel s’est trouvé une fois que j’avais fait mine d’accepter sa proposition de nomination au poste de DTN contre l’abandon de ma campagne, mais en conditionnant cet arrêt à la nomination préalable (qui donc n’est jamais venue !), explique logiquement sa stratégie désespérée actuelle contre ma personne.

Samuel Eto’o devrait pourtant savoir, ainsi que je l’explique depuis plus de 20 ans, que mon ambition de diriger la Fecafoot est avant tout guidée par le souci de servir le football camerounais. Retour au football, mon fils ! » Signé Joseph Antoine Bell.

 

Après le retrait de la CAN , voici une nouvelle affaire qui décidément ne fait pas honneur au football camerounais.

 

S.N