Cette année nous fêtons le 20e anniversaire de la révolution Baccardi. C’est en 1999 que Guillaume M’Goumou  alias Pit Baccardi a éclaboussé la France de son talent, notamment avec le titre dédié à sa mère «Si loin de toi». Depuis, sa carrière a pris une autre tournure et il est devenu un producteur inspiré pour X Maleya, Duc Z et Magasco, à travers Empire Company qui rayonne grâce au relais de la chaîne Trace Africa où le pitbull du hip hop a gardé des amis fidèles.

Boulevard du 20 Mai, il est environ 20 heures ce 28 décembre 2006  au festival Yaoundé en fête. Pit Baccardi est en spectacle aux cotés de Krotal, Koppo, Big B-Zy, Bantou Pô Si, les rappeurs camerounais les en vue du moment. L’ancien sociétaire de l’écurie Time Bomb revisite avec allégresse son répertoire riche d’une cinquantaine de titres au grand bonheur des fans du hip hop. Sur la scène, Baccardi né Guillaume Ngoumou électrise la foule.

Cette ambiance au milieu des inconditionnels du rap précède la chaleur des retrouvailles familiales. Le 31 décembre aux côtés de ses tantes Céline et Michèle Ngoumou en service à la CRTV, la télévision nationale,  Pit célèbre le baptême de sa cousine Azhaiya, la fille de Céline.

 

RETOUR AU PAYS

Occasion pour l’artiste de revivre les fêtes telles qu’elles se passent au pays. Des accolades à l’africaine distribuées par les oncles, cousins, cousines, tantes. Des souhaits de bonne année 2007 déclinés indifféremment en français et en ewondo. Une belle effervescence tout en simplicité qui fait toujours la fierté de sa famille. Pourtant, Pit Baccardi revient de loin.

En cette année 2006, clairement en retrait du grand cirque médiatique qui fait et défait les trajectoires, l’artiste gère le contrecoup de la discorde survenue dans son label, le Secteur A. C’est un fait : en 2006, sept ans après l’impact, le phénomène Baccardi est évoqué en France avec respect, sans plus. Certains se sont empressés de le dire «fini», «ringardisé». Restait le public du Cameroun qui n’a jamais cessé de porter aux nues celui qui a su conquérir les charts rapologiques de l’Hexagone.

UN CONCEPT A RELANCER

C’est en toute logique que le rappeur veut capitaliser cet engouement du pays natal pour repartir à l’assaut de sa notoriété internationale. Il se murmure alors que Baccardi va enfin intégrer des sonorités du terroir dans ses compositions…

Cette nouvelle offensive de l’artiste en 2006 n’est pas sans rappeler ses débuts, lorsqu’il sillonnait les «Quartiers Est» de Paris, à l’affût du moindre événement hip hop. Très vite, Guillaume Ngoumou se distinguera par la férocité de son débit et de son élocution. Deux qualités qui lui valent les surnoms de Pit (car il est agressif comme un pitbull), et Baccardi pour le coté savoureux des textes et des mélodies. Malgré les petits boulots qu’il fait pour joindre les deux bouts, Pit est rapidement entraîné dans la délinquance.

Lassé du ghetto, il multiplie les contacts afin de sortir de ce milieu difficile. 1996 marque sa rencontre avec Oxmo Puccino qui lui ouvre les portes de l’écurie Time Bomb. À la suite d’un casting concluant chez Jedi  devant Melissa, K-cey et Ricky, il forme avec huit autres mercenaires du micro le Time Bomb Commando.

 

DU GHETTO AU DISQUE D’OR

En 1999, le rappeur décide de voler de ses propres ailes et sort son premier opus. Produit par Première Classe,  cet album éponyme comporte des duos avec des grands noms du Hip hop français dont Doc Gynéco, I Am et Arsenik. L’album fait un carton en France et décroche le disque d’or. De plus, il pose sur la compil Première Classe, la référence du rap en France.

La production étant lancée, Pit revient sur la scène discographique en 2000 avec Ghetto Ambianceur. En 2002 sort Le poids des maux, un opus sur lequel il diversifie son rap en intégrant des morceaux engagés tels Journée de Dealer, et d’autres plus softs comme Si loin de toi de, un hommage à sa mère décédée alors qu’il avait neuf mois.

 

MAGASCO AUSSI LE QUITTE

En 2019, le «vrai» Baccardi est un producteur coté. X Maleya, Duc Z, Magasco, pour ne citer qu’eux, ont été les fers de lance de l’écurie Empire Company. «Ce qui m’a motivé, c’est de voir tous ces talents qui manquaient de structure, de vision, de dynamique et de financement (…) J’ai monté une SARL parce que ça fait plus sérieux quand il s’agit de démarcher des partenaires».

Le problème, c’est que la plupart des artistes ayant signé sous pavillon Empire ont quitté le navire, y compris celui avec qui Pit semblait afficher la plus belle complicité et une réelle complémentarité : Magasco.

Au milieu du mois de janvier 2019, le chanteur de RNB alias Bamenda Boy a annoncé la fin de sa collaboration avec Empire Company : «J’ai créé mon propre label, BBOY RECORDS. Une étiquette qui découle de l’éducation, de l’expérience et du travail acharné de l’équipe Empire Compagny. Pour eux, je dis merci».

Beau joueur, Pit Baccardi a répondu sur Twitter : «Bravo @Magascobboy La vie d’un Homme c’est se fixer des objectifs et les atteindre. À tes côtés comme jamais pour cette aventure».

Mais Guillaume M’Goumou  est de nouveau à la croisée des chemins, exactement comme il y a 20 ans.

 

Avec Emmanuel Atenga – Photo : Jean Pierre Kepseu – ICI Cameroun