Cette Princesse Bamoun fait partie des toutes premières femmes Camerounaises à écrire et publier un livre. Et depuis, elle n’arrête pas.

La Princesse Rabiatou Njoya, épouse Nsangou, née en 1945,  est la fille du Sultan-Maire de Foumban. Celle qui a vécu avec sa famille jusqu’à l’âge de 14 ans, a étudié au lycée Général Leclerc de Yaoundé puis à partir de 1967 à la «Thurrock Technical School», en Angleterre. A la Sorbonne à Paris elle a obtenu une licence anglais-espagnol et un diplôme de traductrice.

Exerçant la profession de traductrice et de documentaliste depuis 1991, elle a été professeur d’anglais et d’espagnol pendant de nombreuses années. Elle maitrise trois langues : français, anglais et espagnol sans parler du shümom la langue du peuple bamoun. Ancienne secrétaire générale du Mouvement international de la Femme africaine, elle a aussi œuvré en faveur d’une présence féminine accrue dans le mouvement olympique national.

Fortement engagée dans l’humanitaire, la cohéritière (Mama Fon) du Sultan Ibrahim Mbombo Njoya est surtout connue à ce jour pour sa prolixité épistolaire. En théâtre on peut citer entre autres Toute la rente y passe (1967), Ange noir ange blanc (1968), La dernière aimée (1974), Raison de Royaume Suivi de Haute trahison (1990). Romancière et poétesse, elle signé de nombreux ouvrages dont La Porteuse d’eau (1991), O! Nkindi (1991), Les cloches du prédateur (2014).

Avec la Princesse Rabiatou Njoya, Chevalier du Mérite camerounais, Officier de l’Ordre civic espagnol, la Journée Internationale de la Femme fournit à ICI Cameroun l’occasion de célébrer celles qui ont su poser leur empreinte sur l’histoire du pays. Sportives, artistes, intellectuelles, femmes d’affaires, femmes politiques ou de pouvoir, elles apparaissent dans cette galerie de portraits par ordre alphabétique.

 

Prochainement: NNANA Marie Claire

 

Précédemment

MBONO SAMBA Madeleine

MBOTO FOUDA Lucie

MEDOU BADANG Elisabeth

MIANO Léonora

MINKA Colette Jeannine

MOUMIE Marthe

NGA Rose Angeline

NGONG MUA Josepha

NGWA Liza

NJEUMA Dorothy