Et dire qu’il y a 25 ans que la jeune Chantal Pulchérie Vigouroux épousait le président Paul Biya à Yaoundé ! Le temps semble avoir mis un coup d’accélérateur, tellement la troisième First Lady de l’histoire du Cameroun a rempli son agenda d’actions et d’initiatives retentissantes.

De l’avis de ceux qui ont croisé son chemin, le côté spontané et le sens du contact de la Première dame du Cameroun ont agi de prime abord comme contrepoids à la distance proverbiale que les Camerounais se sont résigné à garder avec leur président. En réalité, Chantal Biya ne s’est pas contenté d’inaugurer des chrysanthèmes comme cela est reconnu aux épouses de chef d’État, elle est venue avec un style propre, une équation personnelle qui a contribué à rapprocher le palais d’Etoudi des petites gens.

  1. Lancement de la Fondation Chantal Biya. Mission : venir en aide aux personnes défavorisées et indigentes.
  2. Création du Cercles des amis du Cameroun (Cerac). Mission : Investir les fonds de ses donateurs dans l’assistance aux enfants défavorisés.
  3. Inauguration de la toute première École des Champions à Dimako. Il y en aura beaucoup d’autres.
  4. En marge du sommet Afrique-France à Yaoundé elle organise un forum des premières dames d’Afrique qui servira de fonds baptismaux à l’ONG Synergies Africaines.
  5. Cette percée décisive vaudra au Cameroun d’accueillir en 2002 deux figures mondiales de la lutte contre le VIH Sida : les professeurs Luc Montagnier de France et Robert Gallo des États-Unis. Lesquels seront imités quelque temps après par le directeur exécutif de l’Onusida, Peter Piot.
  6. Construction à Yaoundé du Centre international de référence et de recherche Chantal Biya (Circb), laboratoire d’essais et de recherches sur le Vih. Cette année-là, l’Unesco lui décerne la médaille d’argent Marie Curie.
  7. Le 14 novembre de cette année-là, elle est nommée Ambassadrice de bonne volonté de l’Unesco.

Depuis, la popularité de la native de Bertoua en 1970 n’a cessé de grandir. A tel point que certains organes de presse étrangers, lui prêtant un pouvoir important sur la gestion de la République, l’ont désignée début 2019 sous le terme de «Madame la présidente».

Avec Chantal Biya, la Journée Internationale de la Femme fournit à ICI Cameroun l’occasion de célébrer celles qui ont su poser leur empreinte sur l’histoire du pays. Sportives, artistes, intellectuelles, femmes d’affaires, femmes politiques ou de pouvoir, elles apparaissent dans cette galerie de portraits par ordre alphabétique.

 

Prochainement : BIYA Jeanne Irène

Déjà publié

  1. AHIDJO Germaine
  2. BASSONG Isabelle
  3. BERTHELOT Patricia
  4. BETALA Cécile
  5. BEYALA Calixthe
  6. BILOA Marie Roger