Jean Claude Yiepmou Kapwa est connu pour son activisme à la tête du Syndicat  patronal des boulangers du Cameroun, dont il est le président national. Premier Camerounais à la tête de cette association patronale, il a été tour à tour président du mouvement dans Yaoundé II, puis président provincial du Centre dès 1990. À l’époque, c’est lui qui porte les desiderata de ses compères auprès du président national, le Franco-allemand Jean Eischler, auquel il succède en 1996.

 

PREMIER SALAIRE : 6 760 F

Arrivé à Yaoundé très jeune en provenance de Bangou dans ce qui est encore la province de l’Ouest, Jean Claude Yiepmou vit ses premières années sous la tutelle de Samuel Duclair Fantchou, un aîné de la famille qui lui permet de gérer sa boutique. Il obtient son CEPE, entre au collège Charles Atangana et abandonne les bancs au bout de la deuxième année. À force de petits métiers, il devient manœuvre dans les quincailleries Jacovetes en 1971 où son premier relevé de salaire affiche 6760 FCFA.

 

IMPORTATEUR DE CHAUSSURES ITALIENNES

En 1979, il ouvre la première société d’importation et de vente des chaussures italiennes à la Montée Aurore à Yaoundé, L’Italiano, avec un partenaire qui finit par le tromper. Jean Claude lui abandonne tout le capital et ne prendra que la moitié du stock de chaussure grâce auquel il ouvre sa propre boutique Le grand italien, se lance dans le prêt-à-porter et adopte le nom commercial New Style.

Jean Claude Yiepmou révèle avoir acheté son premier lopin de terrain à  Efoulan à 18 ans et y a construit une maison. Il s’est marié suivant le conseil de ses parents à 23 ans, est devenu polygame à 25. «Trop jeune», confesse le boulanger qui a fini par divorcer de ses premières femmes. En 1988, il se lie enfin à Célestine, dont il nous disait être encore «très amoureux» au moment de notre entrevue. Est-ce parce que le notable Wemba Toteu à la chefferie Bangou est aussi devenu Conseiller de l’Église évangélique du Cameroun ?

 

Texte : Djeny Ngound – Photo : Jean Pierre Kepseu / ICI Cameroun