Quand j’ai vu Eric-Maxim Choupo-Moting  signer à 29 ans un contrat de trois saisons au Paris Saint Germain des Qataris l’autre jour, j’étais fier. Pas le genre de fierté pop corn qui soulève les tripes un soir de victoire finale contre l’Égypte, mais ce frisson malicieux où vous savez que nos frères d’Afrique vont brasser du vent longtemps à essayer de comprendre pourquoi ça s’est passé comme ça, et  pourquoi à la fin c’est toujours le Cameroun qui rigole.

Déjà qu’on s’est bien marré pendant les vacances sur le cas Kylian Mbappè, le jeune prodige du PSG que les Camerounais amoureux d’arbres généalogiques ont scruté dans l’espoir de l’entendre parler ndolè ou miondo. Raté ! Le gamin de Bondy est resté plus Kylian que Mbappè, ce qui a refroidi plus d’un kamer chauvin.

Alors que tous les superlatifs prophétiques ont été déversés sur Kylian-nouveau-prince-de-Paris, c’est contre toute attente Choupo-Moting  qui a défrayé la chronique en clôture du mercato estival le 31 août dernier. Thomas Tuchel le déroutant coach allemand du PSG a remué l’Europe du cuir pour faire signer ce gaillard de 29 balais sur qui peu de gens auraient parié. Une histoire à la camerounaise, je vous dis ! «Maxim peut avoir un impact en une minute, il ne perd jamais espoir et peut être décisif dès qu’il sort du banc», a expliqué l’entraîneur. Autant dire que celui qui sera la doublure officielle de l’Uruguayen Edinson Cavani jouera avec moins de pression que son frangin Kylian qui a d’ailleurs commencé à montrer des signes d’énervement en écopant d’un carton rouge le week-end dernier contre Nîmes (qui n’est quand même pas le Barça). La course de l’enfant ! Du coup Choupo-Moting  pourrait croiser Mbappè à l’entraînement et titiller ses mollets, juste pour lui faire sentir le hèmlè du village. Je dis ça comme ça.

Avec Mbappè et Choupo-Moting  au PSG, c’est un peu les deux côtés de notre diaspora sur la même pièce de monnaie: un côté pile qui renie le passeport vert-ndolè et un côté face qui fait avec. Entre ces deux métis footeux, le plus jeune a presque tout gagné sans s’accrocher aux racines camerounaises, tandis que son aîné a choisi la tunique des Lions Indomptables dont il est devenu vice-capitaine. Je sais : Choupo-Moting  a zappé la dernière CAN, mais Seedorf vient de le convoquer, signe qu’un grand n’est pas un petit tant qu’il peut s’accrocher aux affaires comme cela est d’usage au pays (n’y voyez aucune allusion aux batailles électorales en cours, et puis bof, faites comme vous voulez).

Voilà donc un topo sympa en pleine rentrée des classes: Écoute, fiston, tu ne seras peut-être pas premier de la classe ni jeune champion comme Eto’o ou Mbappè. Mais si tu t’accroches comme Kadji Defosso, Roger Milla ou Choupo-Moting, tu iras très loin.

Thierry Minko’o