La décision de la Confédération africaine de football (Caf) rendue publique le 30 novembre dernier et retirant au Cameroun l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations (Can) de l’année prochaine n’a pas seulement provoqué un tremblement de terre au sein du mouvement sportif ou dans le monde des affaires : elle a aussi privé l’opinion nationale d’un énième remaniement ministériel, un de ces moments prisés à la fois par les médias et les Camerounais de toutes conditions.

Selon toute vraisemblance, a appris ICI Cameroun, le gouvernement de l’après-présidentielle était sur le point d’être publié dans la journée du vendredi 30 novembre dernier. Pour ce faire, un haut responsable de la Cameroon Radio Television (Crtv) avait été convié au Palais de l’Unité dans l’optique de recevoir le pli qui devait être ouvert et lu en direct sur les antennes du Poste National comme cela est d’usage depuis de nombreuses années.

Y étant, ce responsable aurait vécu en même temps que les proches collaborateurs du président de la République, le début du suspense sur le retrait définitif ou non de l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations édition 2019. Sur le moment, les indiscrétions fournies par les émissaires camerounais à Accra ont refroidi les stratèges d’Etoudi. Les carottes étaient manifestement cuites ! Et  ce haut responsable de la Cameroon Radio Television a été prié d’en retourner à ses activités en attendant que l’on y voie plus clair…

 

COUPER L’HERBE SOUS LES PIEDS DES SPÉCULATEURS

La sortie du nouveau gouvernement suscite depuis la prestation de serment du président Paul Biya (photo) le 6 novembre dernier, de nombreuses spéculations et a servi de prétexte à la publication sur les réseaux sociaux de fausses fuites annonçant l’entrée de telle ou telle personnalité dans le premier cabinet du septième mandat obtenu par l’actuel locataire du palais d’Etoudi.

Pourtant, indique la même source, aucune information n’a fuité ; le nouveau directeur du Cabinet civil en poste depuis le 2 mars dernier aurait mis un point d’honneur à ce que le mystère demeure entier désormais. Ainsi, le temps d’attente a été raccourci afin de ne pas laisser prospérer les rumeurs et autres nuits de longs couteaux.

On se rappelle qu’après l’élection présidentielle d’octobre 1997, le gouvernement avait été publié le 7 décembre, soit deux mois d’expectative. Après octobre 2004, le gouvernement fut publié 8 décembre. Et après octobre 2011, la date choisie fut le 9 décembre. Beaucoup voyant une loi des séries, attendaient la période du 9 au 10 décembre. Mais le sommet de l’État voulait envoyer un signal particulier en rendant public le gouvernement vendredi dernier. Un 30 novembre, date assez inédite tombant à 48 heures de la finale de la Coupe du Cameroun de football, a appris ICI Cameroun.

Le cabinet civil en arrêtant la date du 2 décembre a pénalisé le vainqueur de la finale, car ce dernier était de toute façon privé de compétition continentale. En réalité, il y avait  d’autres enjeux en ligne de mire : célébrer la première sortie officielle du chef de l’Etat camerounais depuis le 6 novembre et saisir l’occasion pour débuter les festivités de la CAN 2019 en affichant le nouveau gouvernement au stade Omnisport de Yaoundé.

La décision de la CAF est donc tombée comme un cheveu dans la soupe, mais aussi comme une opportunité inespérée de réajuster la future équipe gouvernementale au moment où les Camerounais attendent des réponses fortes.

 

Jérôme Efoudou – ICI Cameroun