Née un 25 décembre, ce n’est pourtant pas un enfant de chœur ! Henriette Ekwe Ebongo, 70 ans, est, parmi les nombreuses et talentueuses femmes journalistes du Cameroun, une des plus engagées et à n’en point douter une des plus influentes. Au point où, en 2010, elle est  devenue la toute  première Africaine à recevoir le Prix du Courage décerné par le Département d’État américain en présence de Michèle Obama.

Celle qui a obtenu une bourse en France pour y étudier… l’anglais adopte le nom de Nyangon (fille vaillante en langue Beti) au moment de se lancer dans la lutte politique, notamment au sein de l’Union des étudiants camerounais et de  la fédération des étudiants noirs de France. Suivent le Manidem et ensuite de l’Union des populations du Cameroun (Upc) encore dans la clandestinité. Au début des années, 1980, trahie et traquée par les autorités du pays, elle vit entre 1985 et 1986 en clandestinité en pays bamilké, cachée par d’anciens militants de l’UPC.

Là, elle s’occupe de la rédaction du journal Kameroun Nouveau. Après des pérégrinations dans les publications Le Front Indépendant en 1996 puis La Nouvelle Expression en 1997, elle lance en 2011 son propre journal dénommé Bebela. Ce qui ne l’a pas empêchée d’âtre chroniqueuse à la chaîne Équinoxe Tv pendant des années. Elle aura également été est un des fondateurs de la branche camerounaise de l’ONG anti-corruption Transparency International, dont la présidence lui a échappé de justesse.

Avec Henriette Ekwe, la Journée Internationale de la Femme fournit à ICI Cameroun l’occasion de célébrer celles qui ont su poser leur empreinte sur l’histoire du pays. Sportives, artistes, intellectuelles, femmes d’affaires, femmes politiques ou de pouvoir, elles apparaissent dans cette galerie de portraits par ordre alphabétique.

 

Prochainement: ENGANAMOUIT Gaëlle

 

Précédemment

BETALA Cécile

BEYALA Calixthe

BILOA Marie Roger

BIYA Chantal

BIYA Jeanne Irène

BURNLEY Gwendoline

DANG Esther

Daphné

EBANDA Isabelle

EKOTTO EBOLO Alvine