Ce vendredi 15 mars 2019, un responsable de la branche locale de cette ONG de défense des droits de l’homme et de lutte contre la corruption, a posté l’annonce suivante : «L’Assemblée, générale de Transparency International-Cameroon s’est tenue ce jour. L’un des points à l’ordre du jour était l’élection du président. Nous avons le plaisir de vous présenter Me Njoh Manga Bell, président élu, de TI-Cameroon, pour un mandat de 4 ans».

Voilà qui met fin au passage de témoin déclenché le 25 janvier dernier lorsque Me Charles Nguini avait publié un communiqué énonçant : «Je vous informe par la présente de ma décision de démissionner de mes fonctions de Président de Transparency International Cameroon que j’occupe depuis décembre 2006. Je tenais à vous remercier pour les années passées en votre compagnie, et je fier d’avoir aidé à construire une partie de l’histoire de TI-C, dont je garde un excellent souvenir. Ma démission prendra effet à compter du 01 février 2019».

Fondée en 1993 à Berlin par Peter Eigen,  Transparency International (TI) est une organisation, à but non lucratif, issue de la société civile, au premier plan de la lutte contre la corruption dans le monde. TI regroupe les peuples à travers une puissante coalition mondiale, grâce à ses 180 sections nationales dans le monde entier.

La section camerounaise, Transparency International Cameroon (TI-C)  a été créée en 2000, par quelques personnalités regroupées autour de son fondateur Me Akere Muna, qui a lui-même cédé sa place à Me Charles Nguini en 2006.

 

Oswald Monkam